Fausses plaques d’immatriculation : enfin des réactions !

Il y a trop de laxisme dans le suivi des plaques d’immatriculation et de leur obtention : c’est le constat fait par plusieurs personnalités constatant un nombre toujours croissant de fausses plaques d’immatriculation.

Une lettre adressée à Monsieur le Premier Ministre sur les faits graves

Dominique Baudis a affirmé avoir adressé une lettre à M. Ayrault. Le défenseur des droits a par ailleurs demandé au Premier Ministre de rendre plus stricte la méthode d’octroi des plaques d’immatriculation. Dans un communiqué, il affirme que cette démarche a été entreprise afin d’éradiquer les contrefaçons qui sont nombreuses dans ce domaine. En effet, obtenir une plaque d’immatriculation ne requiert aucun justificatif précis, alors qu’une pièce d’identité et une copie de la carte grise devraient figurer au moins parmi les dossiers à présenter pour obtenir une plaque. Les confectionneurs ne cherchent d’ailleurs même pas à savoir s’il s’agit d’une voiture neuve ou d’une voiture déjà en circulation.

D’autres propositions concrètes en complément

Dans sa lettre au chef du gouvernement, M. Baudis a proposé la mise en place d’un registre obligatoire chez les revendeurs de plaques d’immatriculation, ainsi que l’installation d’un système de pastille inaltérable et très difficile à enlever, à moins d’endommager la plaque en question.
Ces propositions arrivent à point nommé étant donné que si en 2011 ces fausses plaques ont augmenté de 98 %, elles ont progressé de 73 % encore l’année dernière. D’après les statistiques recueillies auprès du Ministère de l’Intérieur, il y avait environ 17479 fausses plaques en circulation rien que pour l’année 2012.

Le président de l’ANDEVI y met son grain de sel :

Daniel Merlet, président fondateur de l’Association nationale de défense des victimes d’injustices a évoqué un autre problème : celui des propriétaires des plaques originales. Il affirme qu’à ce niveau, le problème ne concerne plus uniquement la police et les citoyens dans le cadre d’une délinquance, mais aussi les personnes titulaires de ces plaques usurpées qui voient défiler d’innombrables PV. Il n’est jamais facile en effet de convaincre l’administration de votre bonne foi lorsque vous niez que c’est votre voiture toyota qui s’est fait flasher à plus de 200 kilomètres à l’heure alors que vous-même étiez chez vous et votre véhicule bien au chaud dans le garage. D’autant plus que les usurpateurs poussent le bouchon bien loin en choisissant une voiture de même marque que la vôtre, et en la peignant avec la même couleur que la vôtre. Même si vous réclamez  un cliché pour prouver votre innocence, vous verrez  votre voiture à l’écran, ou du moins sa copie avec la fausse immatriculation. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls a par ailleurs déjà affirmé que le gouvernement avait pris note de ce grave problème et qu’il était déjà en train d’étudier toutes les possibilités pour y remédier.

 L’équipe de NouvellesPlaques.com

Article(s) lié(s)