Immatriculations personnalisées : un certain nombre de combinaisons interdites

Une pétition visant à autoriser la personnalisation des plaques d’immatriculation a été déposée, au début du mois d’avril, auprès de la Chambre des Députés du Luxembourg. Si l’État luxembourgeois accède à cette requête, cela ne sera pas sans conditions et contraintes.

photo des deux formes de plaques d’immatriculation du Luxembourg

Au Luxembourg, il est possible d’immatriculer son véhicule de deux manières : avec 2 lettres et 4 chiffres ou 5 chiffres uniquement / Photos : Wikipédia.org

Des séries réservées ou très malvenues

En effet, d’après le code de la route local, l’ensemble des « séries qui impliquent une des combinaisons de lettre AA, CD, HJ, KK, KZ, PD, SA, SS, WC et ZZ ne sont pas utilisées dans la série courante et ne peuvent pas non plus être attribuées comme numéros personnalisés » comme l’a confirmé Simone Nilles, responsable de la communication de la Société Nationale de Contrôle Technique (SNCT). En somme, il convient de savoir que les combinaisons AA et CD sont réservées aux véhicules de police et aux corps diplomatiques. De son côté, la référence ZZ est acquise aux « véhicules à usage limité, tombant sous un régime de taxation spécial ». Pour le reste, les combinaisons ont simplement des significations malheureuses (KK, WC et PD) ou des références malsaines telles que la jeunesse hitlérienne (HJ), les camps de concentration (KZ) ou encore les corps d’armée nazis (SA et SS).

La seule possibilité, en matière de personnalisation d’immatriculation pour les automobilistes du Grand-Duché, est de pouvoir choisir les lettres et chiffres de leurs plaques pour une somme avoisinant 50 euros. Ainsi, ils peuvent prendre la décision de mettre cinq chiffres ou deux lettres et quatre chiffres selon leurs souhaits. Ainsi, les Luxembourgeois, dans une moindre mesure, suivent le chemin emprunté par la Belgique, où il est désormais possible de personnaliser ses plaques pour 1000€ !

Plaque immatriculation en France : pas de combinaisons interdites

Depuis 2009 et la mise en place du système d’immatriculation SIV, la seule référence impossible sur les nouvelles plaques d’immatriculation est la combinaison « SS ». En effet, le Gouvernement a interdit cela « en application du Code Pénal qui réprime le port ou l’exhibition d’insignes emblèmes rappelant ceux d’organisations ou de personnes responsables de crimes contre l’humanité ». Les lettres I et O ne sont pas exploitées pour éviter toute confusion avec les chiffres 1 et 0 tandis que la lettre U est écartée pour ne pas permettre de méprise avec le V.

Avec le lancement du système SIV et la centralisation informatique de la production des cartes grises , une plaque d’immatriculation est désormais attribuée « à vie » au véhicule. Dans ce système nationalisé, les combinaisons bancales et douteuses telles que PD, KK, WC ou encore QQ ne peuvent malheureusement plus être évitées. Enfin, le WW sert à identifier les véhicules en attente d’immatriculation définitive. En effet si une moto, par exemple, a été achetée à l’étranger, cela permet de l’utiliser pendant 1 mois renouvelable dans l’attente de collecter l’ensemble des pièces documents nécessaires pour l’immatriculer.

L’équipe de Nouvellesplaques.com

Sources : lessentiel.lu / service-public.fr

Article(s) lié(s)