Radars Sonores : Qu’est-ce-que c’est ça encore ?

C’est une guerre qui dure depuis bien longtemps. Cela fait plusieurs années que des associations se battent pour obtenir des aménagements afin de lutter contre la pollution sonore. Le Ministère de la Transition Ecologique a décidé de mettre en place des radars sonores qui, pour le moment, ne sont qu’en phase d’expérimentation. Ils permettent surtout de traquer les véhicules « trafiqués » qui montent à plus de 115 décibels ce qui atteint gravement notre système auditif, qui peut supporter au maximum entre 80 et 85 décibels.

Qui est concernés par cette expérimentation ?

Dans le viseur de l’Etat, nous retrouvons en première ligne les véhicules « trafiqués » comme évoqué ci-dessus. Du moins, tous les véhicules dépassant la limite autorisée de 90 décibels.

Pour le moment, sept collectivités ont été retenues pour l’expérimentation, nous retrouvons bien sûr la ville de Paris, les métropoles de Nice et Toulouse mais également la Collectivité de Bron ou encore de Rueil Malmaison.

La phase 1 a débuté au mois de Novembre 2021 pour une durée de trois mois. Cette phase est un test et permet principalement d’homologuer ces radars, de ce fait aucune sanction ne sera délivrée.

En ce qui concerne la phase 2, ce sera une expérimentation en conditions réelles avec, cette fois-ci, des sanctions que nous vous détaillons plus bas.

Pourquoi installer des radars sonores et quel est réellement l’impact de la pollution sonore ?

Les radars sonores seront mis en place pour lutter contre la pollution sonore qui s’avère dévastatrice pour notre organisme. En effet, suite à diverses expérimentations, les scientifiques ont déclaré qu’à long terme, les nuisances sonores sont néfastes pour la santé. Les effets peuvent aller de la perte de l’audition à l’hypertension artérielle. La pollution sonore peut même entrainer des difficultés de concentration et de lucidité et, dans le pire des cas, le décès dû à une crise cardiaque ou un AVC.

L’impact de la pollution sonore étant décuplé la nuit, elle perturbe fortement le sommeil. D’ailleurs, l’Agence Européenne de l’Environnement affirme que chaque année plus de 10.000 morts prématurés en Europe sont liés à la pollution sonore.

Mais cette pollution n’atteint pas seulement les êtres humains. Elle a également un gros impact sur l’écosystème avec un dépeuplement d’oiseaux par migration et des zones défavorables à la reproduction ou à la circulation des animaux. L’augmentation du taux de mortalité est aussi mise en avant, car le bruit ne permet plus aux animaux d’entendre leur prédateur. De plus, certaines plantes qui ont besoin de calme pour croitre seraient en voie de disparition. Mais le bruit routier ne s’arrête malheureusement pas à la surface de la terre et touche également les fonds marins. Cela crée une pollution sonore maritime.

Enfin, plusieurs études montrent l’importance de l’exposition aux bruits routiers dans les agglomérations. C’est pourquoi afin d’essayer de limiter ces risques et cette pollution sonores qui est un véritable fléau, que les radars sonores seront mis en place.

Quelles seront les sanctions ?

Si vous ne respectez pas la règlementation, et comme le prévoit l’article R318-3 du code de la route depuis des années, vous êtes passible d’une contravention de 4ème classe. Elle est égale à 90€  pour l’amende minorée, 135€ pour l’amende forfaitaire et 375€ pour l’amende majorée.

Pour conclure, vous l’aurez compris une fois la phase d’expérimentation finie, nous trouverons des radars sonores partout en France. Le radar ne flashera pas, vous ne prendrez connaissance de l’amende qu’une fois sa réception. Rappelons également qu’ils seront installés seulement sur des routes à 50km/h.