La voiture électrique : la solution du futur ?

Il y a plus de 10 ans, en Mars 2011 on enregistrait 248 immatriculations de voitures électriques en France, en Mars 2021 soit 10 ans après, on en compte plus de 15592 immatriculations ! Ces dernières années, les ventes des voitures électriques ont littéralement explosé. La Tesla Model 3 reste l’indétrônable de sa catégorie suivie de près par la Renault Zoé et la Peugeot e-208. Mais pourquoi passer à l’électrique ?

Quels sont les avantages et les inconvénients de la voiture électrique ?

A ce jour, presque toutes les marques de voitures ont au moins un modèle d’électrique à proposer, certains constructeurs envisagent même de passer au tout électrique. Entre les berlines, les SUV, les citadines ou encore les crossovers, vous n’avez que l’embarras du choix pour trouver la voiture qui vous convient. Mais quel est l’intérêt d’acheter une voiture électrique ?

Nous allons voir ensemble les différents avantages :

  • Le Silence qui apporte le confort : Quoi de mieux que de passer un trajet au son d’une musique relaxante ou de discuter sans être obligé de hausser le ton pour couvrir le bruit du moteur.
  • Economique : Même si le prix de l’électricité a augmenté, la voiture électrique est économique à l’utilisation. On compte seulement 2€ pour 100 km en électrique contre environ 8,50€ en diesel (modèle équivalent).
  • Le coût d’entretien de la voiture est moindre : Les pièces sont moins nombreuses et s’usent beaucoup moins vite. Le moteur électrique est bien plus simple que le moteur thermique, vous n’aurez ni lubrifiant, ni échappement, ni vidange, ni changement de filtre. Des économies à ne pas lésiner.
  • Ecologique : Dans ce monde où l’écologie est à l’honneur, les véhicules électriques n’émettent pas de CO2 ni de fumée d’hydrocarbures.
  • Le Prix de la carte grise : Un autre avantage, non négligeable, le prix de votre carte grise. Les véhicules électriques sont exonérés de taxe fiscale ainsi que du malus CO2. Ce qui représente des économies non négligeables à prendre en considération.
  • Les Bornes de rechargement : Les installations des bornes électriques sont de plus en plus importantes. En 2020, 32 736 bornes étaient recensées contre 55 515 en 022. Des nouveaux emplacements de bornes de rechargement sont déjà prévus.

Néanmoins, l’électrique n’a pas que des avantages, comme pour tout il y a toujours des améliorations à fournir. Faisons le point :

  • Le prix d’achat : Il est plus important qu’un modèle thermique. Cela est dû à la batterie qui est faite d’un métal rare et très coûteux.
  • La revente : La décote d’un modèle électrique est plus rapide que celle d’un modèle thermique.
  • L’autonomie : L’autonomie est encore un point faible chez certaines marques. Même si quelques modèles atteignent 614 km d’autonomie comme la Tesla Model 3 « grande autonomie », d’autres, comme la Renault Zoé, n’ont que 395 km d’autonomie. Cela peut être un frein si vous devez entamer de longs trajets. Sachant que les kilomètres d’autonomie indiqués restent à titre indicatif. Si votre conduite est sportive, vous perdrez de l’autonomie beaucoup plus vite.
  • Le temps de recharge : Il est aléatoire selon le modèle de voiture et selon le moyen de recharge. Cela peut varier de 15 minutes à plusieurs heures. De ce fait, si vous devez faire un long trajet, prenez en compte les temps de recharge qui parfois peuvent s’avérer longs.
  • Les matières premières lourdes et polluantes : Même si les modèles électriques n’émettent pas de CO2, la production d’un véhicule électrique demande beaucoup plus d’énergie et émet deux fois plus de gaz à effet de serre du fait de la production de sa batterie et de sa motorisation.

Vous l’aurez compris, les véhicules électriques présentent des avantages et des inconvénients comme les véhicules thermiques. Un véhicule électrique reste un véhicule « propre » et économique sur le long terme. Cependant, l’autonomie et les temps de recharge peuvent s’avérer être un frein. A vous de faire votre choix selon votre utilisation. Une notion importante, les voitures électriques sont définies comme étant l’avenir car les véhicules thermiques sont menés à disparaitre pour atteindre l’objectif zéro émissions de CO2.

Mais saviez-vous que les véhicules électriques ne datent pas d’aujourd’hui ?

Quand a été inventée la voiture électrique ?

La toute première voiture électrique date de 1834, et oui, difficile à croire, mais véridique. Ce n’est qu’en 1850 que la première batterie rechargeable fait son apparition. S’ensuit la première voiture qui atteint un record de vitesse en 1899, en atteignant plus de 100 km/h. Elle s’appelait la « jamais contente » de Camille Jenaty. L’électrique représentait alors 30% des voitures dans le monde. Soudainement en 1908, la Ford T essence fait son apparition et l’électrique connu alors un déclin. La baisse des ventes de véhicules électriques ne vient pas que de la Ford T bien entendu, mais également à cause de leur faible autonomie, de la vitesse trop basse ou encore du manque de puissance. Il faut attendre 2010 pour que l’électrique s’installe réellement chez les constructeurs. Notons que la voiture la plus vendue au monde fut la Nissan Leaf depuis son lancement en 2010 suivie de la Renault Zoé sur le marché européen.

Quels projets d’ici 2050 ?

Nous sommes clairement dans l’ère « 100% écologie ». Les voitures électriques prennent de plus en plus de place sur le marché de l’automobile car notre planète s’abîme à vitesse grand V. Face à l’urgence climatique, le gouvernement s’est donné deux objectifs : la neutralité carbone soit zéro émissions de CO2 d’ici 2050 et passer à un parc automobile européen avec 100% de véhicules électriques en 2035.

Même si plusieurs constructeurs sont septiques sur cette possibilité, de plus en plus de véhicules électriques font leur apparition dans les salons de l’auto et sont même de plus en plus futuristes.

Tellement futuristes que pour réduire encore un peu plus les émissions de CO2, les véhicules autonomes font leur apparition. Il existe plusieurs degrés d’autonomie allant du niveau 1 où le conducteur est seulement assisté, au niveau 5 où la conduite est complétement autonome.
D’ici septembre 2022, ils seront autorisés sur les routes françaises sous certaines conditions, bien sûr. Ils ont pour objectif d’optimiser la conduite pour limiter les émissions de CO2, réduire le risque d’accident sur les routes, réduire le stress ou encore une meilleure mobilité pour les personnes en situation de handicap.
L’année 2022 s’annonce fructueuse. Des études estiment que la vente des voitures électriques pourrait doubler en 2022 et atteindre 50% de parts de marché d’ici 2025.

Vous l’aurez compris, les constructeurs ne cessent d’innover et de se réinventer. De la voiture électrique à la voiture autonome, le progrès ne s’arrête pas. Le monde de l’automobile devient de plus en plus futuriste, même les plaques d’immatriculations n’y écopent pas. Dans certains pays, elles sont déjà digitalisées. Vous pouvez afficher des messages, payer votre essence, même un GPS est intégré à l’intérieur de quoi vous suivre à la trace ! Peut-être la prochaine étape pour la France ?